Le Campus Paris-Saclay

Le campus urbain de Paris-Saclay représentera, en 2020, 15% de la recherche française et s’intègrera plus largement dans un projet de cluster visant à renforcer les synergies entre les partenaires pour faire du plateau de Saclay un pôle mondial d’enseignement, de recherche et d’innovation.

Il s’appuie sur une opération d’aménagement et de développement urbain du territoire, allant de la création de logements et de services au renforcement des réseaux de transports en commun.

Genèse du projet

Le développement du Campus de Paris-Saclay découle de plus de soixante ans d’histoire, avec l’arrivée progressive d’acteurs scientifiques à partir de 1947. A partir de 1955, l’arrivée à Orsay de laboratoires puis d’une antenne de l’Université de Paris donne naissance à la Faculté des Sciences d’Orsay. Par la suite, la vocation de recherche et de formation du territoire se renforce par l’installation d’écoles (Supélec, Polytechnique, et plus tard IOGS et ENSTA), de composantes de l’Université Paris-Sud et de laboratoires.

Entre 2010 et 2012, le plan Campus puis le Programme d’Investissements d’Avenir (PIA) offrent la possibilité à des établissements d’enseignement supérieur et de recherche de se relocaliser sur le plateau de Saclay afin de participer à dynamique de coopération. L’établissement public d’aménagement Paris-Saclay (EPA Paris-Saclay), créé en 2010 par la loi relative au Grand Paris, coordonne le développement du pôle scientifique, technologique et économique du plateau de Saclay et a en charge l’aménagement du territoire.

Un projet scientifique

Le projet d’aménagement du territoire repose sur le développement d’un projet scientifique d’envergure. L’Université Paris-Saclay, moteur scientifique du territoire, vise à créer des synergies en recherche et en formation, à renforcer les coopérations et l’interdisciplinarité, à renforcer l’image de ses établissements membres à l’international et à en développer l’attractivité.

Cette logique de rapprochements scientifiques est à l’œuvre dans l’aménagement du territoire comme dans les projets immobiliers qui s’y déclinent. Le pôle Biologie-Pharmacie-Chimie vise ainsi à faciliter la recherche et l’enseignement sur des thématiques se situant aux interfaces entre ces trois disciplines et répondant à des enjeux sociétaux forts.

Ces projets scientifiques sont l’essence même des projets d’aménagement du campus et des programmes immobiliers.

Un pôle de développement économique

Paris-Saclay s’appuie en outre sur un programme de développement économique, avec l’accueil d’activités de R&D de grandes entreprises. Cette proximité géographique permettra d’accroître les liens entre établissements d’enseignement supérieur et de recherche et entreprises, de faciliter le transfert de la recherche et de conforter la place du territoire comme pôle d’innovation.

Un projet d’aménagement urbain

Ce projet scientifique doit être soutenu par le développement d’une vie de quartier riche, par la création des services nécessaires aux usagers et par la mise à disposition de lieux de mixité permettant la rencontre des différents publics du campus. Le campus Paris-Saclay s’inscrit ainsi dans un projet d’aménagement urbain laissant la part aux logements, aux équipements publics et aux commerces.
Ainsi, sur les 1 740 000 m² prévus sur l’ensemble du campus :

  • 550 000 m² seront dédiés aux programmes d’enseignement supérieur et de recherche,
  • 560 000 m² aux entreprises,
  • 380 000 m² aux logements familiaux,
  • 168 000 m² aux logements étudiants,
  • et 86 000 m² à des services, commerces et équipements publics de quartier.

Une stratégie de développement durable

Le projet d’aménagement du campus Paris-Saclay s’attaque à respecter de grands principes du développement durable. Ainsi, les deux zones d’aménagement concerté composant le campus Paris-Saclay sont engagées pour la labellisation EcoQuartier.

Le campus Paris-Saclay sera alimenté, pour ses besoins de chauffage, d’eau chaude sanitaire, de climatisation et de rafraichissement, par un réseau de chaleur et de froid basé sur la géothermie. Cette réalisation s’inscrit dans une stratégie énergétique misant sur la sobriété, incitant à la rénovation thermique de l’existant et à la production d’énergies renouvelables.

Enfin, l’EPA Paris-Saclay et les acteurs du territoire travaillent à limiter l’impact des mobilités vers et sur le campus, à travers le développement de transports en commun ou le soutien des modes de circulation doux et des nouvelles mobilités : auto-partage, covoiturage, création de pistes cyclables, mise à disposition de vélos électriques…