Interviews : l’IDEEV au cœur du Campus Paris-Saclay

Le Directeur de l’IDEEV Pierre Capy et l’Architecte Anne Speicher de l’agence Baumschlager Eberle Architectes nous parlent de l’IDEEV, de son intérêt de venir s’installer au cœur du Campus Paris-Saclay et de la postule architecturale du futur centre de recherche.

Quels sont les enjeux du regroupement des équipes de l’IDEEV sur le plateau de Saclay ?

Pierre Capy : « Créée le 1er janvier 2010, l’IDEEV est une Fédération de Recherche regroupant 3 unités fondatrices et plusieurs équipes associées réparties dans les autres laboratoires de biologie du Campus Paris-Saclay. Actuellement, l’IDEEV comporte à peu près trois cents personnes. 

L’objectif de l’IDEEV est de travailler sur la dynamique de la biodiversité à travers des approches d’écologie et d’évolution, sur des sujets allant de la génomique jusqu’à la dynamique des éco-systèmes.

Le regroupement des unités fondatrices de l’IDEEV au sein d’un même bâtiment permettra de développer une synergie entre les équipes et des interactions entre différentes disciplines de l’écologie et de l’évolution, de façon à faire naître de nouveaux thèmes de recherche dans le domaine de la dynamique de la biodiversité.

Il permettra également d’accroître la visibilité de ces disciplines au sein de Paris-Saclay tant sur le plan de la recherche que de l’enseignement, au même titre que la biologie végétale, les neurosciences et la biologie intégrative de la cellule, tout en développant les interfaces avec ces autres piliers de la biologie. »

Quelles sont les grandes caractéristiques architecturales du projet ?

Anne Speicher : « L’IDEEV est l’adresse nord-ouest de l’ensemble du quartier de Moulon ; c’est le premier bâtiment qu’on verra depuis les lisières. C’est une responsabilité importante pour sa posture architecturale.

Les différentes composantes de l’IDEEV s’agencent autour d’une cour commune qui relie le bâtiment principal, les hangars techniques et les serres. Au nord des bâtiments, les jardins expérimentaux créent un espace de transition avec les terres agricoles.

Sur le boulevard nord, le premier contact avec le bâtiment principal de l’IDEEV fait entrer l’utilisateur sous un auvent, dans un univers de forêt. La toiture en mouvement du projet, en sheds décoiffés, donne au bâtiment une identité hybride entre urbanisme et agriculture, entre laboratoire de recherche et hangar ou serre.

Nous avons voulu proposer un bâtiment qui minimise les temps de parcours et dans lequel on s’oriente facilement. L’organisation est simple et compacte, et chaque circulation propose une vue vers l’extérieur afin de se repérer dans l’espace. »